Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Transmission : s'essayer avant de s'associer

Transmission : s'essayer avant de s'associer

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Lorsqu’un départ se profile, réaliser une période de travail en commun est essentiel à la bonne mise en place du projet.

 

L’association un enjeu à taille humaine
Dans le département, plus de 60% des installations aidées se font dans le cadre sociétaire.
Toutefois, lorsqu’un départ se profile, que le projet d’installation soit dans le cadre familial ou hors du cadre familial, une période de travail en commun s’impose pour s’assurer : des objectifs communs, de l’entente et de l’organisation du travail.


Les fiançailles avant le mariage
Peu importe les conditions d’installation : cadre familial ou hors cadre familial, réaliser une période de travail en commun est essentiel à la bonne mise en place du projet. Cette période appelée « pré-installation » permet de travailler ensemble sans engagement juridique et financier d’aucune des deux parties. Il s’agit bien là de ne pas considérer le candidat par son statut (stagiaire, aide familial…) mais bien comme un chef d’exploitation ou un associé à part entière qui doit prendre part aux décisions, comme tout autre membre de l’exploitation, ainsi qu’au fonctionnement comme lorsqu’il sera installé.

La pré-installation, OUI ! Mais comment ?

Selon la situation du futur installé ou de l’exploitation il existe différents statuts accessibles.
⦁    Dans le cadre familial, le statut d’aide familial est réservé aux ascendants, descendants, frères, sœurs du chef d’exploitation et est limité à 5 ans (impossible en EARL). Il est possible d’avoir un statut d’aide familial amélioré que l’on appel associé d’exploitation. Cela permet au futur installé ayant le statut social d’aide familial d’obtenir un intéressement sur le résultat de l’exploitation, de bénéficier de formation.
⦁    Hors du cadre familial, si le stagiaire est allocataire pôle emploi une convention tripartite entre le stagiaire, l’exploitation et la Chambre d’agriculture peut être établie. La durée est fonction des droits chômage et de l’accord de pôle emploi. La rémunération est fonction de l’indemnité chômage. Lorsque le stagiaire n’est pas allocataire, mais qu’il dispose d’un diplôme agricole de niveau 4 minimum et qu’il a moins de 51 ans, le stage parrainage peut être mis en place. Ce stage est permis par la région Grand-Est qui permet l’accès à une couverture sociale et à une rémunération de 1 000 €/mois.
⦁    Si le futur installé ne répond à aucune des conditions ci-dessus, un contrat salarié à temps partiel ou à temps plein pourra être proposé en fonction des possibilités financières de la structure.

Au regard du renouvellement des générations en agriculture et du défi à relever pour les années à venir, il ne faut plus hésiter. Cédant ou futur installé, il est nécessaire d’opter pour la pré-installation.

Un rendez-vous au Point Info Transmission permet d’éclaircir de nombreux points.

Pour prendre RDV au PIT Aube : Alexandra BOLLAERT, 06 18 87 37 28

03 25 43 72 72
www.aube.chambre-agriculture.fr

 

 

 

 

A lire aussiEn savoir plus