Vous êtes ici : Accueil > ENVIRONNEMENT > Changement climatique > Clima XXI

Clima XXI

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

CLIMA-XXI, des projections locales sur le climat

La Chambre d’agriculture de l’Aube travaille sur le changement climatique. Après la sortie du 1er livret ORACLE en 2017, elle a rejoint le collectif CLIMA-XXI en 2018, dynamique nationale pilotée par Frédéric LEVRAULT, expert « Agriculture & Changement climatique » du réseau des Chambres d’agriculture. Au niveau France, 47 départements ont entamé une démarche CLIMA XXI, dont 9 départements sur les 10 de la région Grand Est.

Pourquoi CLIMA-XXI ?

L’Observatoire Régional sur l’Agriculture et le Changement cLimatiquE (ORACLE) fait un premier constat sur l’évolution du climat et son impact sur les productions agricoles au cours de ces 50 dernières années.
ClimA-XXI (Climat et Agriculture au XXIe siècle) vient compléter l’étude en réalisant des projections sur le siècle que nous venons d’entamer. Ces éléments d’information vont permettre de sensibiliser l’ensemble de la population à notre futur climat et ses impacts, d’orienter les agriculteurs dont les productions demandent de la visibilité et d’apporter une aide à la décision à ceux qui bâtissent les filières de demain.

Se projeter en 2090

La démarche débute par la commande d’une première étude auprès des étudiants UniLaSalle Rouen.
L’étude est basée sur des projections climatiques du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).
Trois localisations sont analysées, ainsi que plusieurs filières. Sur l’Aube, nous avons retenu les filières grandes cultures, élevage et viticulture et choisi BARBEREY-SAINT-SULPICE, CHAOURCE et ESSOYES afin que nos filières soient bien représentées.
L’étude simule l’évolution d’indicateurs climatiques (descripteurs climatiques comme le cumul des précipitations journalières) ou d’indicateurs agro-climatiques (descripteurs en lien avec l’agriculture comme le nombre de jours de gel au printemps).
Les indicateurs ont été calculés à partir de projections climatiques fournies par le portail « DRIAS – les futurs du climat » développé par Météo-France. L’exercice de modélisation mis en œuvre est « CNRM 2014 ». Un seul modèle climatologique (Aladin-climat) et un seul scénario d’émissions de gaz à effet de serre (RCP 4.5) ont été utilisés pour cette étude.
Les comparaisons portent sur 3 périodes :
    Les années 1990 (19762005)
    Les années 2040 (20212050)
    Les années 2090 : (20712100)
Il s’agit de données modélisées (passées comme futures). Ce ne sont pas des prévisions, mais des projections.

Exemple de résultats :

 

 

 Indicateur climatique « Température moyenne annuelle »

L’augmentation de température attendue est de +  1,4°C au milieu de XXIe et de + 2,6°C par rapport au climat actuel. Pour se repérer : cette dernière valeur correspond au climat actuel de TOULOUSE.
Le réchauffement est comparable entre les 3 sites étudiés (BARBEREY-SAINT-SULPICE, CHAOURCE et ESSOYES).
La variabilité interannuelle se maintient entre le climat actuel et celui de la fin du siècle. Cependant une année considérée comme chaude actuellement sera considérée comme une année froide en 2090.

● Indicateur agro-climatique « Nombre de jours échaudants »

Pour les céréales à paille, chaque jour à plus de 25°C pendant la phase de remplissage des grains se traduit par une perte de rendement de 1,5 q/ha. Pour effectuer les calculs, l’indicateur est donc traduit en « nombre de jours où la température maximale journalière est égale ou supérieure à 25°C sur la période du 1er mai au 15 juin

On constate une augmentation du nombre de jours échaudants au cours du XXIe siècle. Celle-ci est faible au cours de la première moitié du siècle, puis plus importante (moyenne de 7 jours échaudants), avec des variations interannuelles plus conséquentes : 10-15 jours une année sur dix, et jusqu’à 30 jours une année sur trente.
L’évolution est similaire sur les 3 sites étudiés.
Les voies d’adaptation pour les céréales à paille sont l’avancement des dates de semis, le choix de variétés plus précoces, la sélection de variétés tolérantes au stress hydrique,…

Un outil de planification

L’étude réalisée est téléchargeable (cf. encart ci-joint).
Suite à cette étude, la Chambre d’agriculture aura accès aux blocs de données climatiques transmises par Météo-France et 2 agents seront prochainement formés à l’utilisation de ces données.
Le maillage du territoire est une grille de 8 x 8 km de résolution. Les projections pourront donc être très locales.
L’outil va permettre d’analyser l’évolution future de la faisabilité des productions agricoles départementales sous influence du changement climatique.
Le champ d’utilisation est large pour les techniciens. Il va décrire le climat de demain et calculer les indicateurs permettant à ceux-ci de répondre aux questions : quelles cultures ? quels types variétaux ? quelles dates de semis ? quelle pression parasitaire ?...
Pour les cultures pérennes, tout comme en élevage, l’intérêt est flagrant et immédiat : quels cépages choisir si je replante maintenant ? quelles associations d’espèces prairiales ? comment aménager mon bâtiment ?...
L’intérêt pour les décideurs est de pouvoir imaginer le paysage agricole que l’on aura à la fin du siècle, avec le déplacement de zones de production et la création de nouvelles filières.
Donc : un outil pour anticiper afin de s’adapter au climat de demain.

 

 

 

CONTACT

Marie-Paule POILLION

Mission Changement climatique CDA 10

03 25 43 72 79
06 18 87 60 55

 

marie-paule.poillion@aube.chambagri.fr