Vous êtes ici : Accueil > TECHNIQUES ET INNOVATIONS > IRRIGATION > Les prélèvements d'eau

Les prélèvements d'eau

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Où se situent les prélèvements ?

Deux zones permettent une ressource sûre et abondante pour l’irrigation : la réserve de la craie et les corridors fluviaux.

 

 

Les prélèvements d’eau pour l’irrigation sont essentiellement réalisés dans les eaux souterraines : 99%, à comparer à la France, où seuls 38% sont dans les eaux souterraines et 62% des prélèvements sont faits dans les eaux de surface.

En dehors de ces deux zones, il y a très peu d’irrigation car la productivité du sol est insuffisante et les prélèvements dans les petits cours d’eau crayeux ont très vite été découragés par la réglementation mise en place dans notre département (restrictions très rapides et très sévères en cas de sécheresse, puis refus de tout nouveau forage).

En cas de prises d’arrêté sécheresse dues à la baisse des cours d’eau, très peu de forages sont concernés dans l’Aube puisque la quasi-totalité ne s’approvisionne pas dans les cours d’eau, contrairement à ce qui se passe dans le reste de la France où 62% des prélèvements sont réalisés dans les eaux de surface !

Quelle est la consommation ?

Dans notre département, il y a un volume d’eau attribué à l’exploitation en fonction de ses surfaces de cultures irrigables.

La culture de pomme de terre de consommation, par exemple, donne droit à 250 mm d’irrigation.

Il faut savoir que ce n’est pas le cas partout en France : dans certains départements, il n’y a pas de limite (la seule limite est technique) ou il y a attribution d’un quota d’eau à l’exploitation basé sur l’historique (les consommations ou les demandes réalisées les années précédentes).

Dans notre département, les attributions de quota doivent être motivées chaque année (avoir une culture ayant besoin d’irrigation) et il faut savoir que le volume sera insuffisant en année sèche.

Le volume attribué pour le département en 2018 est de 29,8 M de m3.

Pour se donner un ordre d’idée, ce volume correspond au :

  • volume d’eau passant dans la Seine à Pont sur Seine pendant 3,5 jours à débit moyen,
  • 6% du volume stocké dans les grands lacs Seine et Aube,
  • 15% du volume prélevé pour l’usage industriel dans l’Aube en 1 an,
  • 4 mm de pluie sur le département de l’Aube.

Le volume consommé, en 2018, se situe à 21,2 M de m3, soit 71% du volume attribué. Le volume attribué n’est pas entièrement consommé car, d’une part, dès le début de campagne, l’irrigant ne sait pas si l’année sera sèche ou humide et va donc restreindre l’irrigation, et, d’autre part, il se réserve un peu d’eau pour l’arrachage de la culture.

Le pourcentage effectivement consommé se situe en moyenne à 64% (entre 54 et 74%).